EWFNew World Symphony

Du point de vue musical si tous les Eléments ne sont pas réunis, cela fait plusieurs décennies que le groupe EARTH, WIND and FIRE reste LA référence funk. Certes, le groupe n’existe plus, aujourd’hui, sous sa forme originelle. Et la disparition, au mois de février dernier à 74 ans de Maurice WHITE fondateur, leader et chanteur, tourne une page importante de l’histoire du groupe. En 1971 il crée EWF avec son frère cadet Verdine, et sera rejoint en 1972, entre autres par Andrew Woodfolk (saxophone/élève de Joe Henderson), Philip Bailey (chant) et Al Mc Kay (guitare). Il est à noter que les 2 derniers cités tournent encore, mais séparément. En 1975, date de sortie de l’album Gratitude qui sera double album de Platine, une première pour un groupe noir, Fred (batteur) le troisième de la fratrie White rejoint également le groupe.
Remis au goût du jour récemment, grâce au film « Intouchables », beaucoup ont découvert ou redécouvert ce groupe et leurs morceaux d’anthologie, tels que : September, Fantasy, Let’s Groove, Boogie Wonderland… pour ne vous remémorer que quelques titres.

C’est un morceau plus ancien, tiré de l’album « Gratitude », cité plus haut ; à savoir « New World Symphony »… qui n’a rien à voir avec la célèbre symphonie d’Anton Dvorak, que nous vous proposons de découvrir. On retrouve dans ce titre toute l’inspiration jazz et soul music…qui n’est jamais très éloignée des origines du groupe et qui sont les bases de la musique funk. Il faut écouter….et apprécier la musicalité, parfois déroutante de cette plage musicale de plus de 9’, avec la puissance des cuivres (Trompettes, saxo et flûtes).
Le nom provient du signe zodiacal du Bélier puisque Maurice White est né au mois de décembre.

 

Eric Leboucher